RDC : Bientôt une plainte contre Alexis Tambwe Mwamba « qui a outragé le chef de l’Etat », (MDEC)

Au cours d’un point de presse tenu samedi 18 avril 2020 à Kinshasa, le Mouvement Debout Congolais, (MDEC), a fustigé la dernière sortie médiatique du président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, sur l’État d’urgence.

Jean-Pierre Kanku Munkandi, président du MDEC, reproche à Thambwe Mwamba d’avoir engagé sur la voie des ondes un débat sur le « caractère inconstitutionnel » de l’État d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’État.

Pour ce mouvement, les propos tenus par le président de la chambre haute du Parlement ont outragé le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

« Les déclarations faites par Monsieur Thambwe Mwamba à l’égard du chef de l’État sont de nature à fragiliser les initiatives du magistrat suprême. Il avait menti que le président de la République avait violé la constitution en déclarant l’état d’urgence. Mais lorsque la cour constitutionnelle dit que l’initiative de décréter l’état d’urgence revient uniquement au président de la République, tout en démontrant qu’il y a eu concertation préalable entre le président de la République et les présidents de deux chambres du parlement, quel outrage au chef de l’État ? », a-t-il déploré.

Jean-Pierre Kanku Munkandi dénonce ainsi un coup d’État constitutionnel et menace de traduire en justice le successeur de Léon Kengo Wa Dondo à la tête du Sénat.

« Voilà pourquoi, mon mouvement et le peuple congolais se réservent le droit de traduire en justice Monsieur Thambwe Mwamba, en vertu de l’article 64 qui donne le plein droit à tout congolais de faire échec à un individu ou un groupe de gens qui tenterait de prendre le pouvoir par la force ou par coup d’état constitutionnel », a-t-il fait savoir.

Sans toutefois dévoiler le jour où la plainte sera déposée, Jean-Pierre Kanku Munkandi rassure cependant que son mouvement sera accompagné de ses alliés lors de la saisine de la justice.

« Nous, nous irons. C’est au tribunal de faire son travail et de déterminer si notre requête est fondée ou pas. Nous ne pouvons pas nous-mêmes donner la réponse. Quand nous irons [déposer la plainte ndlr] vous le saurez. En plus, nous n’irons pas seul, nous serons accompagnés de tous nos alliés de Changement en Marche », conclut-il.

Pour rappel, le président de la chambre haute du Parlement, Alexis Thambwe Mwamba, avait déclaré que l’État d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’État est un acte de fait et non de droit.

Alexis Thambwe Mwamba avait également indiqué qu’ils étaient surpris d’apprendre que le président de la République avait décrété cet État d’urgence sans consulter les dirigeants des autres institutions du pays sur cette question.

Cette sortie médiatique de Thambwe Mwamba avait suscité des vives polémiques et réactions au sein de la classe sociopolitique congolaise. Certains proches et collaborateurs du président Tshisekedi ont même appelé le président du Sénat à retirer ses propos vis-à-vis du chef de l’État et présenter des excuses.

La Cour Constitutionnelle a, dans son arrêt rendu le 13 avril dernier, déclaré que l’État d’urgence décrété par le président de la République est conforme à la Constitution. La Haute Cour avait confirmé la « légalité exceptionnelle de cet État d’urgence ».

Lire aussi : www.7sur7.cd