Ituri : Des travaux forcés et taxes illicites imposés aux habitants par les Maï-Maï à Mambasa

La société civile du groupement Bangole en chefferie de Babila-Babombi dans le territoire de Mambasa (Ituri) alerte le samedi 21 mars dernier, sur la présence des miliciens Maï-Maï dans plusieurs villages de l’ouest de Makumo.

D’après cette structure, les milieux le plus touchés par les exactions de ces miliciens sont notamment Ekatu, Mahu, Kalongo, Kalongo-Luhindi. Les environs de Makumo font également face à cet activisme rebelle.

Dans ces villages, les habitants sont forcés aux travaux communautaires. Ils sont aussi soumis au paiement des taxes illicites imposées par des miliciens.

« Depuis que la partie Est est occupée par des rebelles ougandais ADF, la population s’est réfugiée du côté ouest dans les villages précités notamment à Mahu. Cependant, c’est là où ces miliciens viennent aussi malheureusement s’installer. Ils sont en train de se promener librement et installent même leurs représentants à Mahu. Les habitants sont, dans cette contrée, soumis aux travaux communautaire et sommés de payer des taxes illicites surtout les contrevenants aux travaux communautaires. Ces miliciens exécutent nombreux civils sous prétexte qu’ils sont des voleurs ou des sorciers ou encore des adultères », a déclaré Gilbert Sivamwenda, président de la société civile de Bangole.

Ces atrocités rebelles sont également confirmées par l’ONG-DH Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH) basée à Mambasa, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Elle dit dénoncer cette situation.

Dans l’unanimité, ces structures citoyennes appellent les autorités compétentes à prendre leur responsabilité afin de mettre en déroute ces miliciens et ainsi, restaurer l’autorité de l’État dans la région. Elles exhortent, en outre, les jeunes à se désolidariser des groupes rebelles.

RK