L’ombre du coronavirus plane sur le football européen

L’UEFA pourrait annoncer la semaine prochaine la suspension de la Ligue des champions et le report d’un an de l’Euro 2020, qui devait débuter le 12 juin.

L’étau se resserre sur le football européen. Face à la propagation sur le continent de la pandémie de Covid-19, les mesures étaient jusqu’à présent à la discrétion de chacun. Ainsi, certains championnats avaient opté pour des matchs à huis clos (la 29e journée de Ligue 1 est pour le moment maintenu dans ce dispositif ce week-end) et d’autres, à l’image de la Serie A et de la Liga, les championnats italien et espagnol, avaient choisi une suspension provisoire. Désormais, la menace d’un arrêt total des compétitions de football gagne du terrain.

Jeudi 12 mars, l’UEFA a annoncé la tenue d’une réunion la semaine prochaine afin de discuter du sort de toutes les compétitions de football : « L’UEFA a invité des représentations des 55 associations membres, avec les directions de l’Association européenne des clubs et des championnats européens et un représentant de la FIFPro [le syndicat mondial des joueurs professionnels], pour assister à des réunions par vidéoconférence le mardi 17 mars pour discuter de la réponse du football européen à la pandémie. Les débats concerneront toutes les compétitions nationales et européennes, dont l’Euro 2020. »

« Situation de crise »

Selon les informations du journal L’Equipe, l’instance suprême du football européen devrait à cette occasion annoncer la suspension de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, ainsi que le report à 2021 de l’Euro qui devait se dérouler du 12 juin au 12 juillet. Selon l’agence AP, un vote serait organisé lors de cette réunion.

Joint par Le Monde jeudi 12 mars, un haut responsable de l’UEFA tempérait : « Lors de cette réunion, on veut écouter les positions de chacun, aborder divers scénarios et étudier l’impact de cette crise. Car c’est une situation de crise. On ne spécule pas sur un report de l’Euro. Aucune décision ne sera prise à long terme avant mardi et on ne décidera pas seuls. »

D’autres sources ne masquent pas leur pessimisme et évoquent effectivement un report de la compétition ou a minima une organisation dans un groupe réduit de pays (l’Euro doit se dérouler dans 12 villes de 12 pays). C’est la question du calendrier très fourni du football continental qui se pose. En l’état actuel, et si les compétitions nationales et européennes de clubs sont provisoirement stoppées, on voit mal comment la saison pourrait aller à son terme avant le début du championnat d’Europe des nations à la mi-juin.

« Il faut trouver un accord qui convienne à tous. Il y a un problème de dates, de calendrier pour la Ligue des champions, les ligues nationales… les compétitions de jeunes, confirme ce haut responsable de l’UEFA. Concernant l’Euro, on n’est pas à se demander quels sont les pays organisateurs les plus à risque. On veut mettre tout le monde autour de la table car on reçoit des appels de partout, certains clubs ont mis leurs joueurs en quarantaine… Cette crise a un impact sur tout le monde en termes de calendrier. »

Président de la Fédération roumaine de football, Razvan Burleanu est directement concerné puisque Bucarest doit accueillir quatre matchs de l’Euro 2020, dont un 8e de finale. Sa fédération a décidé jeudi de suspendre toutes les compétitions nationales sur son sol jusqu’au 31 mars. S’il indique n’avoir pas encore eu de discussions avec l’UEFA quant à l’organisation du championnat d’Europe, il fait face à d’autres préoccupations plus urgentes :

« Nous avons une interrogation qui concerne les barrages [4 tickets sont encore à prendre]. Nous devons jouer le 26 mars en Islande, avant, en cas de succès, de nous rendre à Sofia ou à Budapest le 31 mars. Nous avons prévenu l’UEFA que le plus important était la santé de nos joueurs. On ne voyagera pas en cas de risques sanitaires trop importants, explique-t-il au Monde. A l’heure actuelle, nous n’aurions pas l’équipe la plus compétitive puisque certains de nos joueurs de l’étranger ne pourraient pas nous rejoindre : notre gardien Ciprian Tatarusanu qui joue à Lyon, quatre joueurs, dont notre capitaine, qui évoluent en Italie et un autre qui se trouve à New York City »

« Reconsidérer tous les risques »

D’autres nations barragistes se retrouvent confrontées à la même situation. La Bosnie a demandé dans un communiqué le report de son match du 26 mars face à l’Irlande du Nord : « Certains de nos joueurs ne pourraient pas participer au match de barrage. La Fédération demande à nouveau à l’UEFA de reconsidérer tous les risques pouvant survenir en cas de match. »

L’annonce mercredi du contrôle positif au coronavirus d’un joueur turinois (Daniele Rugani) et la quarantaine décrétée par le Real Madrid et la Juve ont eu raison des atermoiements de l’UEFA.

Source: Lemonde.fr